L’Art Toscan : Lorenzo BARTOLINI

 
*Bartolini Lorenzo par Jean-Auguste-Dominique Ingres

Lorenzo Bartolini est né le 7 janvier 1776 à Savigno di Prato en Toscane.

A Paris de 1799 à 1808, il fréquente l’atelier de David et y est le condisciple d’Ingres dont il partage l’admiration pour l’art italien du XV éme siècle.
De retour en Italie, il est nommé directeur de l’Académie de Carrare par Elisa Bacciochi, sœur de Napoléon 1er, devenue grande duchesse de Toscane.

Bonapartiste convaincu, il devient le portraitiste attitré des Baciocchi.
Il sculpte l’effigie de la nièce de Napoléon, alors agée de six ans, fille d’Elisa Bonaparte et de Félix Bacciochi. 


Rennes – Musée des Beaux Arts

« La petite Napoléon » finira ses jours en Bretagne, éxilée par Napoléon III.


La princesse Elisa, plus tard Comtesse Camerata

 

Après la disparition de Napoléon 1er, son passé bonapartiste ainsi que son caractère innovant lui valent de nombreuses inimités.
En opposition au style académique néo classique il soutient l’imitation de la nature et se réclame des plus grands sculpteurs d’avant le Rinascimento (la Renaissance).

En grande difficulté financière il survit grâce aux commandes que lui passe  un cercle de riches admirateurs étrangers. 

Une de ses oeuvres les plus connues est La fiducia in Dio (La confiance en Dieu, 1835), conservée au Musée Poldi Pezzoli de Milan qui, bien qu’ inspirée de la Madeleine pénitente de Canova, s’écarte sensiblement de la sculpture néoclassique vers une inspiration plus naturelle.

 

 

En 1830 les fils de Nicolas Demidoff, lui commissionnèrent un monument à la mémoire de leur père, qui  s’élève sur la place Demidoff à Florence.

L’œuvre se compose de cinq groupes de figures – seulement celui de la Beneficenza est entièrement de la main de Bartolini – et a été complété par son élève Romano Romanelli.
Bartolini utilisa un marbre particulièrement prisé, « lo zuccherino », mais friable à l’eau, tant qu’il fut nécessaire de protéger le monument par un toit.
Ce monument fut inauguré en 1870.

 

Bacchante au repos – dite aussi Dircé, sculpture en marbre  (1834) ; musée du Louvre

 

En 1817, le sculpteur reçut commande d’une Charité, de la part du grand-duc de Toscane, pour la chapelle de la Villa de Poggio Imperiale.
Cette œuvre devait voisiner avec cinq autre vertus exécutées par d’autres artistes (Francesco Carradori :  L’Humilité ; Gaetano Grazzini : L’Espérance ; Ferdinando Fontana : La Foi et Stefano Ricci :  L’Innocence et La Force).

Bartolini mit très longtemps à finir son marbre, prétextant notamment qu’il s’agissait de trois figures, et non d’une seule.
Le plâtre fut terminé en 1824, et le marbre semble-t-il seulement en 1835.


le groupe sculpté de la Carità educatrice, conçu pour une chapelle de la Villa di Poggio Imperiale, est conservé aujourd’hui dans la Galerie Palatine – Palazzo Pitti à Florence

Ninfa – La nymphe au scorpion (1885) – Louvre
Une oeuvre toute  en douceur et en finesse  dont Baudelaire  fit l’éloge.

 

La Table aux Amours – La tavola degli amori (1845)
New York, Metropolitan Museum of Art

L’ensemble des modèles et des études de son atelier ont été placés dans une Gypsothèque portant son nom, à l’Académie des Beaux-arts de Florence.

 

L’ Ammostatore (celui qui fait le moût), un enfant qui écrase le raisin.

 

La tombe de la comtesse Sofia Zamojska.
Dernier chef d’oeuvre de l’Artiste – Eglise de  Santa Croce Florence (1837 -1844).


Détail

 

Bartolini mourut en 1850 à l’age de 74 ans. Il fut enterré dans la chapelle de Saint-Luc de la basilique de la SS. Annunziata à Florence.

 

 

Sources :  Wikipédia, Images Internet

http://www.latribunedelart.com/plusieurs-sculptures-acquises-par-le-rijksmuseum-grace-a-la-loterie-article002066.html

8 réflexions au sujet de « L’Art Toscan : Lorenzo BARTOLINI »

  1. Pas trop long et instructif l’article sur Bartolini
    J’organise un loto avec goûter fin Avril pour une association, j’aimerais préparer des
    parts individuelles de tiramisu pour les 25 personnes environ. Quelle est la meilleure
    recette et que me conseillez-vous comme récipient ?

    [Reply]

  2. merci de m’avoir permis de découvrir ce bel artiste !!!

    lgm

    [Reply]

  3. J’aime beaucoup les sculptures de Bartolini, j’en ai vu quelques unes à Florence. Très bel article, les photos sont belles et accompagnées de très bons commentaires, merci Paola! Cela me donne envie de retourner à Florence!

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.