L’ART TOSCAN : Leonardo Da Vinci

Leonardo di Ser Piero Da Vinci,  est né  le 15 avril 1452 près de Vinci, d’une relation illégitime entre un père, notaire  et une humble paysanne.
Il reçoit, de son grand-père paternel, une éducation sommaire et vit une enfance heureuse en pleine campagne toscane ;  d’où l’amour de la nature qui ne le quittera jamais durant toute sa vie.

Cet artiste est souvent décrit comme l’archétype  et le symbole  de l’homme de la Renaissance, un génie universel et un philosophe  humaniste dont la curiosité infinie est seulement égalée par la force d’invention.
Il est considéré comme l’un des plus grands peintres de tous les temps et peut-être la personne la plus talentueuse dans le plus grand nombre de domaines différents, ayant jamais vécu.

Sa devise : « obstination et rigueur ».

A seize ans, Leonardo Da Vinci entre, à Florence, dans l’atelier d’Andrea Verrocchio qui travaille alors à une œuvre peinte à l’huile, Le baptême du Christ. (Musée des Offices, Florence).
Il a pour compagnons d’atelier, les peintres et sculpteurs Sandro Boticelli, le Peruguin, Domenico Ghirlandaio et Uccello (ce dernier passionné comme lui par la géométrie et la perspective).
Leonard
est passionné de lecture et en autodidacte, accumule d’innombrables connaissances sur toutes les sciences de l’époque.

Le baptême du Christ
*

Verrocchio, confit à son jeune élève l’exécution du visage de l’un des deux anges.
Ce visage tranche déjà par son modelé, obtenu par un jeu d’ombre et de lumière, avec celui de l’autre ange, peint par Boticelli.

*

En 1472, à l’âge de 20 ans, Leonard de Vinci intègre la « Campagnia dei Pittori », il est enregistré dans le Livre Rouge de la compagnie de St Luc, célèbre guilde des artistes peintres de Florence.

Il peint son premier tableau, La madone à l’oeillet.

*
Musée de Munich, Alte Pinakothek

Il améliore la technique du sfumato (impression de brume).
En 1476 il est toujours mentionné comme assistant de Verrocchio, Il entre, la même année, dans l’atelier de Paolo Ucello, où il étudie la perspective.

Mais on suppose qu’entre 1476 et 1478, il possédait son propre atelier.
Dès cette époque, il signe tout simplement ses oeuvres « Leonardo » ou « Io Leonardo » « Moi, Leonardo ».
les gens du peuple étant à cette époque uniquement désignés par leur prénom généralement suivi du nom de la ville la plus proche, le nom patronymique n’étant utilisé que dans les grandes familles.

En 1478 à 26 ans, il quitte son maître après l’avoir brillamment dépassé dans toutes les disciplines et devient alors maître peintre indépendant.
C’est le début de sa grande carrière de peintre.

En 1481, le monastère de San Donato lui commande L’Adoration des Mages, mais il ne terminera jamais ce tableau.
Les moines, encombrés par une oeuvre invendable, auraient demandé à un peintre moins qualifié de la terminer.

Léonardo quitte Florence en 1482 pour aller travailler au service d’un mécène, le duc de Milan Ludovic Sforza, durant 19 ans.
A cette époque il sera tour à tour urbaniste,  industriel, sculpteur, décorateur, organisateur de bals masqués, de tournois ; il inventera d’ingénieux dispositifs automatiques pour les divertissements ; il illustrera d’innombrables dessins, sur la botanique, la géologie, l’anatomie ( il disséqua plus de 30 cadavres) et enfin peintre.

C’est à Milan qu’il réalise le portrait  de Cecilia Gallerani, maîtresse de Ludovic.

*
(1490), La Dame à l’hermine ( musée de Cracovie )

et La Vierge aux Rochers

*
( Huile sur toile, 199 ´ 122 cm, 1483 – Musée du Louvre, Paris

En 1492, il réalisera également « L’homme de Vitruve »

*
Ce croquis illustrera le traité « De divina Proportione » de Luca Pacioli paru en 1496 – Il est exposé à la  Galleria dell’Accademia de Venise.


En 1495
, les Dominicains de « SantaMaria Delle Grazie » lui commandent la Cène

*

qu’il peindra sur les murs du Réfectoire du monastère, à Milan.
Depuis 1980, le bâtiment et la fresque ont été classés au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

En 1502, Léonardo Da Vinci entre au service du prince César Borgia avec le titre de « capitaine et ingénieur général ».
Son rôle consistera à inspecter les forteresses et territoires nouvellement conquis par le fils du Pape Alexandre VI.
C’est une tache dans son CV, car ce personnage fut machiavélique avant l’heure, étant en relation avec le trop fameux Nicolas Machiavel, « espion » de Florence.
César Borgia fut un assassin et sera lui-même tué au siège de Viana, au Brésil, en 1507.

A la chute de Ludovic, il fait un bref séjour à Venise, puis à Mantoue avant de revenir à Florence en 1503, où il est chargé de réaliser La Bataille d’Anghiari pour le Palazzo Vecchio.

*
Bataille d’Anghiari -Copie de Rubens (1603) de l’œuvre perdue de Léonard de Vinci


A son retour, il s’installe au couvent de l’église Santa Maria Novella, à Florence
.
Ce bâtiment a toute une histoire : Aujourd’hui devenu une basilique, c’était à l’origine la maison des frères Dominicains qui créèrent la pharmacie de Santa Maria Novella (Officina Profumo Farmaceutica) en 1612 et constitue l’une des plus vieilles pharmacies et parfumeries d’Occident, voire du monde, où se fabriquaient de fins parfums et des savons naturels.

A cette époque il peint aussi la :

Mona Lisa

*
La Joconde (1503/1506 Musée du Louvre)

La Vierge, à l’Enfant Jésus et sainte Anne.

*
(1508) musée du Louvre, Paris.

Léonard réalise une grande quantité d’études sur la zoologie, la botanique, l’anatomie, la géologie.
Il imagine aussi de multiples appareils et machines, dont la première machine volante, imitées des chauves-souris qui resteront au stade de dessins.
Il calcula le premier la surface portante nécessaire au vol…

*

et inventa le parachute !

*
Le parachute de Léonard à forme pyramidale.

Plus qu’en tant que scientifique proprement dit, Léonard de Vinci a impressionné ses contemporains et les générations suivantes par son approche méthodique du savoir, du savoir apprendre, du savoir observer, du savoir analyser. Il avait  la perfection pour objectif.

En 1516, Léonard est invité en France avec son ami et assistant artiste-peintre Francesco Melzi, par François 1er, séduit par son génie.

Le roi l’installe au riche Clos Lucé, à portée du Chateau Royal d’Amboise et le nomme « Premier peintre, ingénieur et architecte du roi ». Il est fasciné par le savoir et la qualité de ses travaux.

*
Manoir du Clos Lucé

François 1er se prend d’affection pour lui et le considére comme un père. Léonard est alors âgé de 64 ans.
Il lui confie l’organisation des fêtes de la Cour, la création de costumes ainsi que l’étude de divers projets, notamment celui de la ville idéale que Léonard envisagea d’appliquer à la ville de Romorantin  en Sologne.

Léonard dressera les plans d’un gigantesque palais à cheval sur les deux rives de la Sauldre, à l’ouest du château des Comtes d’Angoulême.
Il concevra également un projet de travaux hydrauliques.
Mais une fois de plus, ce projet n’aboutira pas.

En fait, le maître est malade depuis de longs mois et est atteint d’une paralysie partielle de la main gauche.
François 1er se tournera alors vers Chambord.

Léonard de Vinci resta célibataire toute sa vie et n’eut pas de descendance.

Il rédige son testament le 23 avril 1519 et lègue l’essentiel de ses biens, ses manuscrits, ses instruments, ses carnets et autres documents à son ami et disciple, Francesco Melzi, qu’il ne publia jamais et sur lesquelles il veillera pendant les 50 années qu’il vivra. (Après sa mort en 1570, les deux tiers de sa collection furent dissiménés à travers toute l’Europe, notamment des documents rédigés en vieux toscan, crypté par Léonard de Vinci, et quelque 100000 croquis).

*
Tombe de Léonard de Vinci – Chapelle Saint Hubert.
« La chapelle Saint-Hubert »
fut édifiée et sculptée entre 1491 et 1496 par des artistes flamands dans le pur goût gothique flamboyant en pierre et craie de Touraine (Tuffeau) sur ordre de Charles VIII, avant que celui-ci ne découvre l’architecture italienne.
La chapelle sert ensuite d’oratoire à Anne de Bretagne, avant de devenir la dernière demeure présumée du corps de Léonard de Vinci.

Léonard de Vinci meurt à Amboise le 2 mai 1519 , à l’âge de 67 ans.


Et maintenant méditons sur une Citation du grand Maître…

«Quiconque mène une discussion avec autorité ne fait pas preuve d’intelligence mais se sert simplement de sa mémoire.»

Sources* :

*http://www.blue.fr/vinci/vie/index.html

*http://www.isabel.com/gallery/reprofr/v/vinci/record.html

*http://www.astrosurf.com/luxorion/leonard-vinci.htm

*http://www.histoiredumonde.net/article.php3?id_article=1198

*Wikipedia

* Photos internet

14 réflexions au sujet de « L’ART TOSCAN : Leonardo Da Vinci »

  1. Ping : L'ART TOSCAN : Leonardo Da Vinci | Ma Toscane… : Du Brésil

  2. As-tu visité le Clos Lucè à Amboise ? C’est très intéressant et la ville vaut le coup. Je crois qu’il a passé de nombreuses années à peindre la Joconde, c’est pour cela qu’elle est en France. Bravo pour tes recherches et à Mercredi. Bises

    [Reply]

  3. Aaaah, mon Léo d’amour… Je ne pourrais même pas comptabiliser le nombre d’heure que j’ai passer devant ces toiles, que se soit la Vierge aux Rochers du Louvre ou Le baptême du Christ aux Offices. Et ce petit musée qui lui est dédié à Florence, combien de temps y suis-je restée? Pourtant, je n’ai jamais visité sa demeure française, pas l’occasion. Mais cet homme me fait rêver, ces œuvres me font fantasmer. Quel génie! 💡

    Je conseille un livre, un roman historique sur De Vinci, donc mi réalité, mi fiction : L’obsession Vinci de Sophie Chauveau, qui m’a beaucoup plu. 😮

    [Reply]

  4. Bonjour

    Je vous remercie pour cet article qui est à propos pour moi. Je viens en Toscane vers le 20 sept et je souhaite faire le parcours de la vie de Léonard de Vinci. En juin, j’ai visité le Clos Lucè à Amboise et j’ai été très touché. Si vous êtes en Toscane pendant ma période je serais heureuse de partager votre expérience italienne et regarder avec vous les merveilles de cet artiste.
    Bien à vous
    Krystal

    [Reply]

  5. Merci de votre intérêt. Malheureusement je ne serai pas en Toscane à ce moment là !
    Bon séjour
    Paola

    [Reply]

  6. trés trés original moi ce que j ai aimée regarder le + c mona lisa car en + il ne la pas recopier d une vraix femme mona lisa mais en plus il a nomé mona c trés trés époustouflant je dit un bravo a LEONARD DE VINCI !!!!!!! 💡

    [Reply]

  7. mais domageeeeee 😥 il et mort et cela et trés triste pas parce ke il et mort bon on va dire y a 3 ans ki les mortkil nefaut pas l oublié il restera graver dans not ceur a jamait 🙁 😥 😥 😥

    [Reply]

  8. Merci pour ce blog et cet article. Mon grand père était Toscan. Et quelques part, je trouve une part de mes racines. J’espère surtout pouvoir enfin m’y rendre pour de bon, sur place.

    [Reply]

  9. j adore léonare de vinci c est mon peintre préférer mon 1er peintre préférer
    frenchement c est mon peintre préférer salma

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.